Les médias français et Spoutnik

Pour commémorer l’anniversaire des 50 ans du lancement dans l’espace du premier satellite, le service pédagogique de La Coupole, Centre d’Histoire et de Mémoire du Nord–Pas-de-Calais (Bruno Decriem et Laurent Seillier) a conçu une exposition à la fois historique et scientifique intitulée « 1957, les médias français et Spoutnik ».

Présentation

4 octobre 1957, une petite sphère placée à une hauteur de 900 kilomètres révolutionne l’histoire spatiale. En pleine guerre froide avec les Américains, les Soviétiques réalisent un extraordinaire exploit technologique : la mise sur orbite du premier satellite artificiel. Cinq mois après l’inauguration du cosmodrome de Baïkonour, la fusée Zemiorka, met sur orbite le premier satellite de l’histoire spatiale. L’artisan de cet engin révolutionnaire est un certain Serguei Korolev, autrefois chargé par Staline d’extrapoler la technologie des V2 pour développer les fusées soviétiques.

Portant le nom de Spoutnik, signifiant « compagnon de voyage », l’objet en question semble a priori très éloigné des formes aérodynamiques. Ses caractéristiques physiques ne sont en rien impressionnantes. Il s’agit d’une vulgaire sphère d’aluminium pourvue de quatre antennes. Pas plus large qu’un ballon de plage, d’un diamètre inférieur à soixante centimètres, Spoutnik affiche un poids d’environ 83 kg. Et pourtant, il fait figure de véritable mastodonte par rapport au minuscule « pamplemousse » de moins de 2 kg que les Américains envisagent d’expédier autour du globe terrestre !

Évoluant sur une orbite oscillant entre 225 et 947 kilomètres d’altitude, le signal sonore du Spoutnik est immédiatement capté par les radios du monde entier.

Après son tour de 96 minutes autour de la Terre, le premier satellite artificiel provoque un véritable électrochoc chez les Occidentaux ; d’aucuns parlent de « Pearl Harbor technologique ». L’Amérique, humiliée, se doit de réagir...

Dans cette « course aux étoiles », les médias jouent alors un rôle crucial.

Descriptif

Bâches souples à œillets (1.60m de hauteur x 1.20 de longueur)

15

Kakémono (3 m de hauteur x 1.20 m de longueur)

1


Des sorties papier A3 des panneaux sont disponibles, sur demande.

  • Surface au sol =  100 m².
  • Transport = voiture particulière.
  • Système d’accroche à prévoir (non fourni) : grilles "caddie" ou câbles + serre-câbles.

Accompagnement pédagogique

Un dossier pédagogique est fourni avec l’exposition sous forme d’un CD-ROM reprenant l’ensemble des panneaux d’exposition, avec des compléments historiques et scientifiques. Il permet aux enseignants d’exploiter le contenu de l’exposition, en liaison avec les programmes scolaires.

Conditions de location

Le coût de location est de 750 € TTC par mois d’utilisation. À partir du 2e mois d’utilisation, une remise de 5 % du montant TTC est consentie. À partir du 3e mois d’utilisation et plus, une remise de 10 % du montant TTC est consentie.


La gratuité est accordée pour les collèges et les lycées du Nord–Pas-de-Calais.


La Coupole met à disposition les éléments de l’exposition. La Coupole détient la propriété intellectuelle de l’exposition, garantie par la législation relative aux droits d’auteurs. Tous les documents de promotion de cette exposition devront porter la mention : « Exposition réalisée par La Coupole, Centre d'Histoire et de Mémoire du Nord–Pas-de-Calais ». 


Le transport aller-retour de l’exposition, l’assurance (dont la valeur est spécifiée dans la convention de location) ainsi que tous les frais relatifs à l’accrochage et au décrochage de l’exposition sont à la charge de l’emprunteur.

 

Cette exposition a été concue par Bruno Decriem et Laurent Seillier, du service pédagogique de La Coupole. Elle a été préparée en association avec :

  • Le Conseil Général du Pas-de-Calais.
  • La Communauté d’Agglomération de Saint-Omer.
  • L’Union européenne.
Imprimer Les médias français et Spoutnik

Info horaires