Le Mur de l'Atlantique sur les côtes du Nord–Pas-de-Calais

De magnifiques photographies, prises sur les plages, sur les falaises et dans les dunes du littoral du Nord–Pas-de-Calais par Stéphane AUBERT et Jean-Loup SANDRAS, montrent les vestiges dérisoires de ce qui fut la « ligne Maginot de Hitler », les dernières traces tangibles du passage des armées nazies sur le sol de l’Europe occupée.

Présentation

Des photographies et un film d’archives rares vous présentent l’histoire du « Mur de l’Atlantique », construit par l’Allemagne nazie sur les côtes de l’Europe occupée pendant la Seconde Guerre mondiale, pour tenter d’empêcher le débarquement des armées alliées. C’est dans le Nord–Pas-de-Calais que furent édifiés les blockhaus les plus impressionnants. Sans succès : construit par les barbares eux-mêmes, le « Mur » a été balayé par l’Histoire.

Les photographes :

Stéphane AUBERT, journaliste à France 3 Nord–Pas-de-Calais, né en 1965, d’origine ardennaise, a joué dans son enfance dans les casemates abandonnées de la « ligne Maginot ». Établi en Nord–Pas-de-Calais, il a découvert, sur le littoral, les traces du « Mur » édifié sur l’ordre de Hitler et entrepris une couverture photographique des vestiges conservés, depuis près de 15 ans.

Jean-Loup SANDRAS, né en 1975, a fait des blockhaus du Calaisis les terrains de jeu de son enfance ; son grand-père, qui a travaillé pendant la guerre sur les chantiers de l’Organisation Todt, lui a fourni les premières clés permettant de comprendre leur histoire. À l’âge adulte, ce photographe passionné a arpenté les sentiers côtiers pour fixer les derniers éléments de cette ligne de défense disparue que le philosophe Paul VIRILIO a qualifiée de « forteresse du dérisoire ».

Descriptif

Panneaux (1,60 m de hauteur x 1,20 m de longueur) sur support « Dibon »

25

Kakémono (3 m de hauteur x 1 m de largeur)

1

Kakémono (5 m de hauteur x 1 m de largeur)

1

 

Les panneaux sont dotés d’œillets d’accrochage. Ils sont illustrés de cartes, de photographies d’archives et d’une quarantaine de tirages photographiques, ayant pour thèmes : la trace de la guerre, des formes antiques ou précolombiennes, l’héritage du Bauhaus, la puissance de la nature et la fragilité des réalisations humaines, la matière (béton, acier, sable), la reconquête végétale, l’oubli, le détournement.

  • Des sorties papier A3 des panneaux sont disponibles, sur demande.
  • Surface au sol à prévoir pour la présentation =  100 m².
  • Transport = volume de 3 m3 – charge : 155 kg.
  • Système d’accroche à prévoir (non fourni) : câbles acier + serre-câbles.

Accompagnement pédagogique

Plusieurs thèmes, en lien direct avec les programmes d’histoire du secondaire, peuvent être abordés grâce à cette exposition : les phases de la guerre, les conditions de vie difficiles des habitants de la zone littorale « la zone rouge », la propagande…

Conditions de location

Le coût de location est de 1 000 € TTC par mois d’utilisation. À partir du 2e mois d’utilisation, une remise de 5 % du montant TTC est consentie. À partir du 3e mois d’utilisation et plus, une remise de 10 % du montant TTC est consentie.

La Coupole met à disposition les éléments de l’exposition. La Coupole détient la propriété intellectuelle de l’exposition, garantie par la législation relative aux droits d’auteurs. Tous les documents de promotion de cette exposition devront porter la mention : « Exposition réalisée par La Coupole, Centre d'Histoire et de Mémoire du Nord–Pas-de-Calais ».  

Le transport aller-retour de l’exposition, l’assurance (dont la valeur est spécifiée dans la convention de location) ainsi que tous les frais relatifs à l’accrochage et au décrochage de l’exposition sont à la charge de l’eprunteur.

Catalogue :

À l’occasion de cette exposition, La Coupole propose un catalogue, sous forme de dépôt-vente. Le nombre d’ouvrages est défini d’un commun accord.   
Les modalités financières sont les suivantes : 10 % TTC de commission, par catalogue, sur le prix de vente TTC au public.

Cette exposition a été préparée en association avec :

  • Le Conseil Général du Pas-de-Calais.
  • Le Conseil Régional du Nord–Pas-de-Calais.
  • Le Rectorat de l’Académie de Lille.
  • L’Union européenne.
Imprimer Le Mur de l'Atlantique sur les côtes du Nord–Pas-de-Calais

Info horaires