Une histoire commune aux Européens

Située sur le territoire de la commune d’Helfaut, à 5 km de la ville de Saint-Omer (Pas-de-Calais, France), La Coupole est l’un des vestiges les plus impressionnants de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Le complexe souterrain de La Coupole

Il s’agit de l’une des « constructions spéciales » (Sonderbauten) édifiées sur le sol français par l’armée allemande, en 1943-1944, pour permettre la mise en opération de nouveaux systèmes d’armes, les bombes volantes (Fi 103/V1) et les fusées (A4/V2), destinés à frapper l’Angleterre.

Sa construction

Lancée par le pouvoir nazi en septembre 1943, elle s’est déroulée pendant 10 mois et a mobilisé d’importants moyens techniques et humains. L’Organisation Todt, chargée des grands travaux de l’État nazi, a confié le chantier à une puissante société de travaux publics allemande, Philipp Holzmann AG.

La main-d’œuvre

Elle était de deux natures très distinctes :

  • Des spécialistes allemands (contremaîtres, ouvriers qualifiés) 
  • Des prisonniers soviétiques, hommes et femmes, employés tels des esclaves pour toutes les basses besognes.

La coupole de béton, installée au sommet d’un plateau et destinée à protéger le chantier souterrain puis la salle de préparation au tir des fusées (si celle-ci avait pu être terminée…), fut achevée en janvier 1944.

Les bombardements alliés

Ils furent massifs et frappèrent le site, de janvier à juillet 1944. Ils bouleversèrent fréquemment les accès au chantier, retardant ainsi considérablement les travaux. En revanche, la coupole proprement dite, forte de ses 5,5 mètres d’épaisseur de béton armé, ne fut pas ébranlée. Ce fut la percée des troupes anglo-américaines en Normandie, à la fin du mois de juillet 1944, qui incita les Allemands à abandonner le chantier du complexe de La Coupole, à quelques semaines de son achèvement planifié. Ainsi, aucune fusée V2 n’a pu décoller d’un site conçu comme la première base de missiles stratégiques de l’Histoire.

Photo aérienne de La Coupole, après les bombardements alliés (été 1944)

La Coupole, incarnation de la folie nazie

Par la puissance de sa forme de béton, par le véritable labyrinthe de ses installations souterraines, par l’utilisation du travail forcé pour son édification, La Coupole est un site symbolique de la folie nazie : il incarne une volonté de domination et un mépris total de l’être humain. Les sites enterrés qui éclosent en Allemagne et dans les pays occupés, à partir de 1943, pour répondre à la maîtrise du ciel par les Alliés, ont été construits avec une main-d’œuvre forcée de prisonniers considérés comme des « êtres inférieurs » par les nazis. Ce fait, vérifié à grande échelle dans l’usine souterraine « Mittelwerk », où les V2 furent fabriqués en série, en plein cœur de l’Allemagne, par les déportés du camp de concentration de Dora, illustre le caractère visionnaire du film de Fritz Lang, « Metropolis », qui décrivait un monde d’esclaves dominé par une « race de seigneurs ». Mais le IIIe Reich, que Hitler avait voulu instaurer pour mille ans, s’effondra en 1945.

Pour une Europe de la paix

La construction d’une Europe pacifique et solidaire, entreprise à la fin des années 1940, est née d’une réflexion collective sur les capacités d’autodestruction du « vieux continent » révélées par les deux guerres mondiales. Cette nouvelle Europe, qui a rompu avec les affrontements du passé, est désormais fondée sur un héritage historique et des valeurs humanistes partagées par tous les peuples qui la constituent. La mémoire des « années sombres » doit être entretenue auprès des jeunes générations à partir d’une information historique claire et rigoureuse. La Coupole a été créée dans ce but et établie dans un lieu authentique et profondément symbolique.

Imprimer Une histoire commune aux Européens

Info horaires