Les constructions spéciales

En 1943, l’Organisation Todt, chargée des grands travaux de l’État nazi, reçoit l’ordre d’édifier, en France, des « constructions spéciales » (Sonderbauten), c’est-à-dire des installations protégées pour le déploiement des nouvelles armes secrètes allemandes. Neuf énormes chantiers sont entrepris, cinq dans le Pas-de-Calais et quatre dans le Cotentin.

Une bombe volante V1V2 - La CoupoleV3 - Mimoyecques

Les cinq « constructions spéciales » du Pas-de-Calais sont destinées aux trois systèmes d’armes secrètes et nouvelles :

  • V1 : la bombe volante.  Le blockhaus de Siracourt, le blockhaus de Lottinghem
  • V2 : la fusée A4. Le blockhaus d’Éperlecques, La Coupole d’Helfaut-Wizernes
  • V3 : le canon à charges multiples. Les installations souterraines de Mimoyecques

Aucune de ces « constructions spéciales » n’a pu devenir opérationnelle. Matraquées pendant des mois par les bombardiers alliés, elles ont été abandonnées à l’été 1944, à quelques semaines de leur entrée théorique en fonctionnement. Malgré l’importance des tonnages de bombes déversés (5 000 tonnes à Siracourt, 4 000 à Mimoyecques, plus de 3 000 à Éperlecques et à La Coupole), les structures de béton massives de ces installations (les murs de protection sont épais de 5 mètres) sont restées intactes et sont toujours visibles aujourd’hui.

Imprimer Les constructions spéciales

Info horaires